Atelier 1 « Arts – Métiers » 

Responsable

Emilie Roffidal
   

Présentation de l'atelier 1

L’atelier « Arts-métiers » se propose de réfléchir aux structures organisationnelles formelles et informelles permettant la mise en place de la formation et de l’exercice des métiers : métiers jurés, métiers libres, ateliers, écoles artistiques, ingénieries civiles et militaires, écoles professionnelles, etc. Sera ainsi abordée la question des mutations et des permanences des structures sur une longue période allant de l’époque médiévale à l’époque contemporaine.

La question des compétences, de l’assimilation et de la transmission des savoirs et des savoir-faire est également au cœur de cette thématique : formation/apprentissage, carrières, répartition des tâches et des rôles sur les chantiers, statut des fabricants, distinction hiérarchique (sociale et idéologique) entre les acteurs.

La notion de « foyer », de « centre de production », d’ « atelier » et d’« école », dans une approche théorique et historiographique pourra être également abordée. Enfin, les liens avec les structures politiques et les mondes productifs seront traités pour comprendre les dynamiques au cœur des processus.

Mots-clés : production, réseaux, industrie, création, produits, savoir-faire, mémoire, pédagogie et transmission des savoirs, interactions art/société, métiers et statuts des fabricants…

 

Programme ACA-RES

Présentation complète sur la page Hypothèses : https://acares.hypotheses.org/

Responsables : Anne Perrin Khelissa et Émilie Roffidal

Le programme ACA-RES sur Les Académies d’art et leurs réseaux dans la France préindustrielle a pour objectif de restituer les liens personnels et institutionnels qui construisent et animent ces établissements, en considérant à la fois leur entre-soi artistique, mais également leurs connexions avec d’autres cercles de sociabilité, notamment littéraires et/ou scientifiques (académies des sciences et belles-lettres, sociétés badines ou savantes, écoles militaires ou des ponts et chaussées, etc.) Il s’agit ainsi de mieux comprendre la place et l’action réticulaire des académies et des écoles d’art dans un large XVIIIsiècle.

Cet objet d’étude comprend à la fois la cinquantaine d’institutions créées sur l’ensemble du territoire entre 1740 et 1791, tout comme les différentes structures qui leur succéderont (écoles centrales, musées, écoles des Beaux-Arts, école des arts décoratifs, etc.), de Dunkerque à Pau, de Marseille à Lorient, en passant notamment par Dijon, Troyes ou Bordeaux.

Quel rôle l’enseignement des artistes et des artisans prend-il dans les villes de province ? Quelles fonctions les académies tiennent-elles dans le projet culturel du siècle des Lumières ? Dans quelle mesure participent-elles à la création de ressources économiques ? L’ambition est donc d’éclairer l’insertion et la participation des acteurs et des instances artistiques dans les dynamiques des mondes productifs. Car, outre la formation du goût, c’est bien souvent l’efficacité des réseaux qui explique le succès des industries du luxe et du semi-luxe dans la société de l’époque.

Ce programme soutenu par le Labex SMS, la MSH-T, le laboratoire FRAMESPA, est mené en partenariat avec le Centre allemand d’histoire de l’art de Paris. Il réunit des universitaires et des professionnels de musées et de centres d’archives français et européens. Il associe aussi régulièrement des stagiaires étudiants qui contribuent à l’alimentation de la base de données, ainsi qu’à la valorisation des diverses activités conduites, comme la mise en ligne des fonds documentaires numérisés. Parmi les manifestations phare, trois journées d’étude sont programmées depuis 2016 et un grand colloque de synthèse sera organisé en 2019.

Colloque Du manuscrit au livre : l’écriture des savoir-faire à la Renaissance

Responsable : Pascal Julien

Écrire les savoirs prend une dimension toute particulière au cours de la Renaissance, dans le cadre de l’effervescence intellectuelle qui accompagne et induit une perception renouvelée du monde et de l’individu. Les connaissances établies de même que les sciences émergentes, spéculatives ou expérimentales, sont alors mises en forme dans la volonté d’apprendre et de comprendre mais aussi dans le désir de recueillir, de théoriser ou de transmettre ces savoirs, désir favorisé par de nouveaux modes d’appropriation et de diffusion.

Ce phénomène, qui se répand alors dans l’ensemble de l’Europe, a été largement questionné par et pour de multiples champs disciplinaires, dans ses dimensions scientifiques et parfois techniques, notamment en ce qui concerne les modalités de mise en forme des savoirs ou les enjeux de leur réduction en arts. Ce colloque se propose d’approfondir certains de ces processus et enjeux dans le domaine plus particulier des savoir-faire artisanaux et artistiques, qui mettent en œuvre tant « la théorique » que « la practique » et qui s’expriment dans des ouvrages manuscrits comme dans les livres imprimés du XVe siècle au premier tiers du XVIIe siècle. Il s’inscrit dans la lignée du programme de recherche « The Making and Knowing Project » de la Columbia University in the City of New-York et des journées d’étude sur « Manières et Matières : œuvrer en atelier sous l'Ancien Régime » organisées à l’Université Jean Jaurès de Toulouse.

Ce colloque s’attachera plus précisément :

- aux livres de recettes, secrets ou merveilles,

- à la formulation des usages de métiers et des procédés d’atelier

- à la circulation des données écrites et graphiques

- à l’expression des rapports entre empirisme et expérience ou des liens entre connaissances matérielles et intellectuelles

- aux modes d’écriture des ouvrages pratiques et théoriques en vue de publication

- aux implications des auteurs et à l’expression de leur personnalité dans les textes

- à ce que révèlent leurs origines –artisans, ingénieurs, artistes ou « penseurs » – et leurs modes de rédaction, dessin, soliloque, discours, dialogue…

- au passage de la notion de savoir-faire à celle de techniques grâce à l’édition

- à l’ordonnancement de la pensée en vue de son impression et à son enrichissement par les divers artifices de l’objet-livre

- aux dimensions politiques de l’écriture d’une maîtrise technique…

Co-organisé par l’Université Jean Jaurès de Toulouse et la Columbia University City of New-York, ce colloque se tiendra à Toulouse les 15, 16 et 17 mars 2018.

Téléchargez le programme