Membre permanent

Claire JUDDE DE LARIVIÈRE

Maître de conférences en histoire, Université Toulouse II Honorary research fellow, Birkbeck, University of London Membre permanente du laboratoire Framespa, UMR 5136 (Histoire des sociétés du Moyen Âge à l’époque contemporaine) Thématique "Logiques d'empire" Membre associée du laboratoire LaSSP, EA 4715 (Laboratoire des sciences sociales du politique, IEP Toulouse)

Coordonnées

Adresse
Université de Toulouse Jean Jaurès Département d'histoire 5 allées Antonio Machado 31058 TOULOUSE Cedex 9 UFR Histoire, Arts et Archéologie Framespa/Maison de la Recherche Bureau A314 UFR d'histoire Bureau GH242
Mail
judde@univ-tlse2.fr

Corps

Maître de conférences

Discipline(s)

HISTOIRE & CIVILISATIONS

Discipline(s) enseignée(s)

Histoire de la fin du Moyen Age et de la première modernité. Histoire de la Renaissance

Thèmes de recherche

Mes recherches s'attachent à explorer les formes et la nature des évolutions sociales et politiques à Venise entre le XVe siècle et la fin du XVIe siècle, une période qui voit les pratiques politiques et sociales médiévales se transformer, et de nouvelles configurations être progressivement élaborées par les acteurs.
Je me concentre sur les pratiques sociales et politiques du peuple, en explorant les formes d'action et d'intervention dans la société.

J'étudie en partie la composition, la nature et la définition du "popolo" vénitien, vaste groupe aux limites floues, regroupant tous ceux, pauvres et riches, qui ne jouissaient d'aucun statut juridique spécifique: marchands au détail, artisans, arsenalotti, vendeurs à la criée, aubergistes, artistes, prostituées ou gondoliers.
À travers cette histoire du peuple vénitien, je cherche à comprendre la place, les fonctions et le rôle des popolani dans le tissu social et la construction de l'ordre économique et social de l'une des cités les plus influentes de la Renaissance italienne, en refusant a priori d'assimiler les populaires aux pauvres et aux misérables.

Mes recherches portent plus généralement sur les fonctions politiques et les compétences critiques des gens ordinaires. A partir de différents fonds d’archives conservés à Venise, j’analyse les fondements juridiques et sociaux des statuts et des identités des gens du peuple, ainsi que leurs compétences critiques, leur sens moral et leurs intentions politiques, envisagés dans une double perspective d’histoire sociale et intellectuelle. Inscrites dans un contexte comparatiste et interdisciplinaire, mes recherches s’insèrent dans plusieurs projets collectifs visant plus généralement à examiner les mécanismes d’organisation du social et de domination à l’œuvre dans les sociétés méditerranéennes au début de l’époque moderne, et à approfondir la définition et les modalités de construction de l’ordre social, dans une perspective chronologique et géographique plus large.

Ma thèse de doctorat (publication augmentée et révisée chez Brill en 2008) a porté sur les formes de la navigation commerciale à Venise, aux XVe et XVIe siècles. Elle visait à comprendre les raisons de la progressive disparition de l'organisation publique des galères marchandes. J'ai en particulier cherché à réintégrer ce processus économique dans un contexte plus large, en montrant qu'au XVIe siècle, une dissociation majeure et inédite séparait désormais les sphères publique et privée, les sphères politique et économique. Cela entraînait une évolution profonde des formes et des pratiques économiques tout autant que de la définition et du fonctionnement de l'État vénitien.


Publications extraites de HAL affiliées à FRAMESPA