Al Andalus - Hispaniae

Histoire, archéologie et littératures des sociétés ibériques au Moyen-Age

Actu de l'équipe 6






Le prochain colloque VILLA 3 se déroulera à Saragosse, du 27 au 29 octobre 2009 sur le thème Histoire et Archéologie des sociétés de la vallée de l'Ebre (VIIe-XIe siècles), en collaboration avec la Casa de Velázquez, le Framespa et la Diputación General de Aragón (affiche, carte et programme)

Avis de Publication : Un "village" d'al-Andalus aux alentours de l'an mille, Villa 1, Villa 2, Le Maghreb al-Andalus et la méditerranée occidentale (VIIIe-XIIIe s.)

Axes de recherche


Compte tenu de la situation géographique de l'université de Toulouse, du nom de l'UMR 5136 du CNRS (FRAnce Méridionale-ESPAgne), du profil de plusieurs enseignants chercheurs, et d'une longue tradition détudes consacrées à la Péninsule ibérique au sein de l'université, il a semblé opportun de mettre en place une équipe de recherche interdisciplinaire associant historiens, archéologues et littéraires au sein de l'UMR 5136 sous le nom Al-Andalus-Hispaniae afin de regrouper les médiévistes travaillant sur les domaines chrétiens et musulmans, tout comme sur les communautés juives de l'espace ibérique.
Dans le domaine de l'archéologie, cette démarche s'avère d'autant plus impérieuse que le nombre de chercheurs travaillant sur la péninsule ibérique, tant dans le domaine chrétien que musulman, s'est considérablement amenuisé depuis quelques années et qu'il convient de renouveler les perspectives de recherches en conservant le principe fondamental de l'association des textes et du terrain.
Plus généralement, cette équipe est destinée à rassembler des chercheurs appartenant à l'UFR Histoire, Archéologie et Histoire de l'art ainsi quà d'autres départements (Lettres, Langues étrangères,...) et à promouvoir les enquêtes et les rencontres sur ces régions. Son champ de recherche sétendra de la période wisigothique (3e concile de Tolède, 589) à la chute de l'Etat nasride de Grenade (1492). Il sera limité à une période de quatre années (plan quadriennal 2007-2010) et couvrira plusieurs types d'activités (cours, séminaires, colloques, exposition, chantiers archéologiques, publications...) dont une partie sera menée en étroite collaboration avec la Casa de Velázquez (Madrid).
Le programme proposé repose sur trois axes de recherche qui seront développés avec des collègues de diverses universités espagnoles avec lesquels des échanges fréquents ont déjà lieu, en particulier grâce au système RESOPYR, associant les universités de Toulouse 2, Pau, Perpignan, Barcelone, Gérone, Lérida, Pampelune et Saragosse. Les actes des manifestations scientifiques organisées par l'équipe seront régulièrement publiés dans la série intitulée Etudes Médiévales Ibériques de la collection Méridiennes. C'est en particulier le cas pour les actes des colloques Villa, organisés en collaboration avec la Casa de Velazquez à Madrid. Deux volumes de ces manifestations ont d'ores et déjà été publiés en 2006. Le troisième volet de ces colloques aura lieu au cours de l'année 2009 et sera consacré comme d'habitude à la période des Dark Ages dans la vallée de l'Ebre (Tarraconnaise et Marche Supérieure de l'al-Andalus). Dans le sillage des réunions déjà organisées par le groupe d'étude sur le Moyen Age hispanique (GEMAH), plusieurs séminaires destinés à servir de lieux déchange et de communication entre les chercheurs et les étudiants avancés seront organisés dans le cadre du MASTER. Un atelier semestriel consacré à l'histoire et à l'archéologie de l'Occident musulman (ALMA : AL-andalus-MAghreb) a été mis en place dès la rentrée universitaire 2006-2007.


Le programme proposé se décompose comme suit.

Atelier 1. Histoire et archéologie d'al-Andalus et de la péninsule chrétienne

(Ph. Sénac)

Au sein de cet atelier seront conduites trois sortes d'opérations :

1.1 : Publication de la fouille de Las Sillas (Marcén, Aragon)
Il s'agit d'un village de l'époque califale, (fouillé par Ph. Sénac avec l'appui de la Casa de Velazquez), auquel sera consacré au printemps 2010 une exposition au musée Saint-Raymond de Toulouse, sous le titre « Un village musulman autour de l'an Mil ».






1.2 : Fouille des sites de Araciel (Navarre) et de Viguera (Rioja)
Travaux dirigés par Marie-Béatrice MOUNIER (Doctorante Toulouse II)

(Cliché: site de Cervera)

Les prospections menées durant cette année sur le territoire de la commune ont permis de mieux comprendre l'organisation et l'évolution du site au cours de son histoire, mais une recherche approfondie se révèle désormais nécessaire pour vérifier les hypothèses ainsi émises, notamment quant à l'emplacement de l'ancien hisn ainsi que du village médiéval. Une série de sondages sont donc prévus pour l'été 2009, sur le Cerro del Castillo et la zone d'El Santo, située à la fois en contrebas du château médiéval et en surplomb par rapport au village actuel, sur laquelle ont pu être repérés des vestiges de structures en partie excavées dans la roche. Ce sont au total 4 sondages de petite dimension que l'on souhaite réaliser, de façon à vérifier l'existence d'une stratigraphie susceptible de fournir du matériel archéologique, et, le cas échéant, sa chronologie. L'étude d'un site tel que Viguera permettrait d'aborder quelques unes des problématiques les plus importantes concernant les premiers siècles de l'implantation islamique dans une zone de confins d'al-Andalus, à travers par notamment le rôle d'un lignage de muwallad, les Banu Qasi. En effet, la place de Viguera dans leurs domaines au IXe siècle semble particulièrement importante si l'on se fie aux récits du chroniqueur arabe al-Udri. De même, un tel site pourrait apporter des éclairages nouveaux sur le repeuplement navarrais au Xe siècle.

Le site d'Araciel, abandonné au cours du XIVe s., offre la possibilité d'embrasser dans une même étude la totalité de la transition entre Antiquité et Moyen-âge dans le sud de la Navarre. Ainsi, le diagnostic réalisé sur le site il y a quelques mois par la société Navark a permis d'établir l'occupation impériale et tardo-romaine de la zone située en contrebas du village castral médiéval. C'est également dans ce secteur que sont apparus dans deux tranchées trois sépultures correspondant au rituel funéraire musulman, révélant l'emplacement d'une possible nécropole liée à l'occupation islamique du site. Pour notre part, une première approche du despoblado même a été réalisée au cours de l'automne 2007. Cette intervention nous a permis de mesurer le degré de conservation des vestiges, une partie de la stratigraphie, ainsi que le potentiel archéologique du gisement. En effet, c'est avec l'aide d'une petit équipe bénévole qu'ont pu être réalisés une prospection de surface, un relevé topographique du site incluant les structures arasées visibles et identifiables apparaissant en surface, ainsi que trois sondages répartis sur l'ensemble de l'étendue du site. Une importante stratigraphie est ainsi apparue, contenant beaucoup de matériel archéologique, notamment céramique couvrant un large éventail chronologique, ainsi que des vestiges de constructions. Il semblerait que le site comprenne deux zones distinctes, ce qui pourrait traduire une évolution dans l'occupation de l'espace. Les observations ont également permis de mettre en évidence l'aménagement en motte du relief qui supportait le château, fait rare dans le nord de la Péninsule ibérique. Il s'avère désormais nécessaire, pour parvenir à une meilleure compréhension de l'organisation du site et de son évolution, d'ouvrir davantage à la fouille ces « zones-tests », ce qui ne pourra être réalisé qu'avec davantage de moyens.


1.3: Prospection archéologique dans la basse vallée du Sègre (VIIe-XIe s.)
en collaboration avec l'Institut d'Estudis Ilerdencs (Resp. Philippe Sénac et Marta Monjo): début des opérations en septembre 2009.

L'objectif de cette opération archéologique vise à établir une carte des établissements de la fin de l'époque wisigothique et des premiers temps de la présence musulmane dans une région où abondent les vestiges toponymiques et matériels de cette période (Masalcorreig / Manzil Quraysh / Mequinenza / Miknasa).


Atelier 2 .Les trois religions : normes et pratiques

(Cl. Denjean, MCF).

Ces deux dernières années, de nouveaux membres à titre principal ou associé ont rejoint l'équipe al-Andalus-Hispaniae. Spécialisés ou non dans l'étude des communautés juives, chrétiennes ou musulmanes, ils partagent l'ambition  de poursuivre une réflexion sur des minorités insérée dans l'histoire générale, en évitant tout enclavement disciplinaire ou thématique. Ils n'ont pas seulement vocation à pratiquer l'histoire comparatiste, mais cherchent à dépasser la juxtaposition des travaux et la fragmentation des analyses en étudiant le fonctionnement des États méridionaux et ibériques où ont vécu ensemble les trois religions du Livre.

En particulier, ils participent aux travaux qui visent à décloisonner l'étude de la minorité juive. En effet, la reconnaissance de l'histoire des juifs médiévaux est certes ancrée dans l'Université française, mais son épanouissement demeure trop exclusivement qualifié « d'études juives » pour prendre sa part véritable dans la réflexion historique générale. Les historiens des sources de la pratique peuvent apporter des données nouvelles à ce projet « d'histoire totale ». Dans ce but, ils se réunissent autour d'une histoire et d'une anthropologie historique des relations solidaires et conflictuelles entre juifs, chrétiens et musulmans du Moyen Âge dans la Péninsule ibérique et le Midi de la France. Ils examinent les divers aspects de l'échange : échange d'arguments et de conseils, de confiance, délégation de pouvoirs et représentation, d'argent et de biens. Ils cherchent à saisir les modalités d'établissement des valeurs. Ils revisitent ainsi à travers des sources de la pratique les problématiques traditionnelles de la coexistence des trois religions, les thématiques de l'histoire du crédit, de la famille, de la justice.

Recherches, activités et travaux

Atelier 3. Genèse du corps politique dans la péninsule ibérique (VIe-XVe s)

(D. Baloup, MCF, M. Charageat, MCF Bordeaux, J.-P. Barraqué, PRU Pau)

L'objectif de ce groupe est de procéder à une étude des lieux de construction de la société politique (la cour, le tribunal, l'Eglise) et d'aborder la question des violences politiques et sociales en centrant le champ de recherches sur les XIe-XVe siècles.
Activités prévues : deux colloques (2008 et 2009) : « Regarder, penser et imaginer l'autre dans la Péninsule ibérique (XIe-XVe siècles) » et « Hommes et femmes dans la Péninsule ibérique (VIe-XVe siècles).

NB : Dans le dispositif ici présenté, cette équipe peut développer, vers l'aval, d'intéressantes transversalités avec l'équipe 4 « Religion » et l'équipe 7 « LEMSO ». Par contre pour développer conjointement des programmes sur le haut Moyen Age sur la Gaule du Sud et l'Hispanie, il serait nécessaire de mettre en synergie les forces de Framespa et celles des historiens et archéologues médiévistes de l'Utah.

Réunion de l'atelier