Présentation

Un peu d'histoire

Le laboratoire FRAMESPA (UMR 5136, Université de Toulouse – Jean Jaurès et CNRS) rassemble des historiens médiévistes, modernistes et contemporanéistes, des archéologues, des historiens de l’art, des civilisationnistes, et des littéraires : au total, une centaine de membres permanents, une soixantaine d’associés et près de cent trente doctorants.

L’acronyme FRAMESPA (France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs) renvoie à la logique des aires culturelles qui prévalait lors de la création du laboratoire en 1995. Aujourd’hui, alors même que ses espaces de recherches sont très divers, ils gardent un ancrage méridional important et une projection sur plusieurs terrains internationaux. Laboratoire de référence pour l'étude des sociétés féodales et de la ruralité ancienne, FRAMESPA dispose d’un centre de documentation sur l'histoire et la civilisation du Midi de la France : la Bibliothèque d'Études Méridionales.

Le tropisme ibérique et ibéroaméricain est toujours fort, occupant environ un quart des membres permanents, même si le laboratoire s’est largement ouvert à d’autres espaces (Europe du Nord, Amérique du Nord, Afrique, Asie) depuis plusieurs années. Cela constitue un premier pôle de compétences, le PHIMII. L’histoire du genre constitue aussi un pôle important et ancré dans l’histoire universitaire de  Toulouse. Enfin, le laboratoire s’est engagé dans les humanités numériques avec plusieurs projets regroupés dans un troisième pôle.

Le spectre  chronologique et méthodologique couvert est donc large, de la période médiévale au XXIe siècle, et se révèle adapté aux domaines de recherche arpentés par de nombreux membres de l’unité : histoire des paysages, des réseaux sociaux, des formes de production, du goût, des migrations, des identités, du genre, des productions culturelles, etc.

Ces recherches se structurent depuis 2016 en quatre axes thématiques où l’interdisciplinarité est pratiquée selon plusieurs configurations :

La thématique 1 étudie le fonctionnement et les caractéristiques des formations impériales dans la longue durée (du Moyen-Âge à l’époque contemporaine). Il regroupe des historien.ne.s et des hispanistes.

 

Cet axe rassemble des médiévistes (historiens, historiens de l’art et archéologues) travaillant principalement sur les fonctions et les usages de la terre dans les sociétés médiévales, avec un fort accent placé sur les problèmes épistémologiques et méthodologiques liés à l’interdisciplinarité.

Cette thématique s'intéresse aux productions artistiques, aux productions économiques, aux marchés et aux patrimoines ; il conjugue l’histoire économique et sociale et l’histoire de l’art.

La thématique 4 développe ses recherches autour de questions liées au genre, au corps, aux savoirs et aux pouvoirs. Cet axe rassemble aussi historien.ne.s et littéraires.