Soutenance de thèse de Cécile Fabry : "Les moniteurs d’escalade en France des années 1980 aux années 2020 : de la passion à la professionnalisation"

Publié le 7 novembre 2023 Mis à jour le 19 novembre 2023
le 23 novembre 2023
à partir de 14h
UT2J, MDR, Salle D29
Soutenance de thèse
Soutenance de thèse
Cécile Fabry soutient sa thèse intitulée "Les moniteurs d’escalade en France des années 1980 aux années 2020 : de la passion à la professionnalisation" sous la direction d'Olivier Hoibian, le Jeudi 23 novembre 2023 à 14 heures à la MDR, Salle D29.

Jury : 
  • Gilles COMBAZ, Professeur des Universités, Université Lyon 2, rapporteur
  • Clémence PERRIN-MALTERRE, Maîtresse de Conférences HDR, Université Savoie Mont-Blanc, rapporteure
  • Jean François LOUDCHER, Professeur des Universités, Université de Bordeaux, examinateur
  • Michel RASPAUD, Professeur des Universités Emérite, Université de Grenoble, examinateur
  • Fanny DUBOIS, Maîtresse de Conférences, Université de Rodez
  • Olivier HOIBIAN, Maître de Conférences HDR, Université Toulouse 3 Paul Sabatier, directeur de thèse
Résumé : 
Le diplôme d’Etat d’escalade, permettant l’encadrement rémunéré de la discipline, a été créé en 1986. Imposé par le Ministère de la Jeunesse & des Sports dans un champ déjà constitué, le nouveau groupe des moniteurs d’escalade se heurte d’emblée à l’hostilité des professionnels de la montagne déjà en place. De plus, lors des dernières décennies, la pratique de l’escalade a été profondément bouleversée, entrainant des conséquences multiples sur l’exercice professionnel des moniteurs d’escalade. La pratique sur structure artificielle est en effet devenue courante et la confidentialité de l’escalade en falaise des années 1970 a laissé la place à un sport conforme en tous points aux codes fédéraux.
Cette thèse s’intéresse donc à la construction du groupe professionnel des moniteurs d’escalade dans un contexte de tensions et de bouleversements de l’activité ainsi qu’aux effets d’un tel contexte sur les modes d’exercice au quotidien. 
En nous inscrivant dans le cadre théorique de la « sociologie du champ », nous cherchons à montrer que la création des « moniteurs d’escalade » dans le champ très structuré et hiérarchisé des professionnels de la montagne produit des effets sur l’affirmation de leur identité de groupe et les modalités de leur travail au quotidien. Nous couplons cette approche à celle des « écologies liées » afin d’expliquer en quoi les transformations de l’escalade lors des dernières années semblent avoir accentué les « luttes aux frontières » pour les moniteurs d’escalade, attaqués « par le haut » mais aussi « par le bas », tout en leur offrant de nouvelles opportunités d’extension de leur juridiction.