Journées internationales d'histoire de Flaran

Publié le 20 septembre 2018 Mis à jour le 9 octobre 2018
du 12 octobre 2018 au 13 octobre 2018

Les dispositifs de mise en réserve – en silos, greniers, granges ou entrepôts – représentent une dimension essentielle des économies anciennes, renvoyant aux processus de production, d’accumulation et de redistribution des fruits du labeur des hommes.

Depuis leur apparition au Néolithique, ils sont en outre indissociables de formes de hiérarchisation et d’organisation des pouvoirs qui caractérisent les sociétés humaines. Le stockage, en particulier lorsqu’il est collectif et massif, peut indiquer une augmentation de la production ; il atteste en tout cas l’institution de pratiques sociales fondées sur un usage différé des produits agricoles, dont il convient d’apprécier les acteurs, les fonctions et les effets. Or des travaux récents, portant sur divers contextes historiques, paraissent éclairer sous un jour nouveau l’entrepôt des denrées alimentaires. Les médiévistes, en particulier archéologues, ont ainsi relevé le développement, dans le haut Moyen Âge, de mises en réserve d’une partie, parfois substantielle, de la production agricole, conservée dans des greniers ou dans des structures importantes telles que des zones à silos occupant parfois de très vastes surfaces. Parallèlement, plusieurs historiens, intéressés par la question de l’approvisionnement au sein de l’Europe moderne, ont entrepris de réexaminer, conjointement à des spécialistes de la Méditerranée antique, la mise en place de politiques annonaires, de bâtiments et de réseaux stockage. Au xviiiesiècle, la question du stockage des blés fut au cœur d’enjeux sociaux et politiques et inspira maintes réflexions savantes, souvent contrastées, menées notamment par les physiocrates, à propos du marché et de la régulation.

Le 40eColloque de Flaran sera l’occasion, pour les historiens et les archéologues, de tenter un premier panorama des problématiques relatives au stockage alimentaire, en particulier céréalier, dans l’Europe médiévale et moderne, en s’attachant aux dispositifs matériels des mises en réserve , ainsi qu’aux techniques de conservation. Ils s’intéresseront en outre à l’emplacement et à l’environnement des structures de stockage : au Moyen Âge, certaines furent aménagées dans les monastères et les prieurés, progressivement organisés en réseaux, d’autres établies dans les résidences seigneuriales ou les palais, ou encore au sein de l’habitat, parfois articulées à un lieu de culte et à son cimetière, polarisant alors la vie sociale. Magasins, greniers et entrepôts furent encore aménagés dans les comptoirs commerciaux, les ports et les villes. Il conviendra de s’attacher enfin aux institutions et aux agents des procédures du stockage, à leurs débouchés et à leurs bénéficiaires : l’ensemble de la population ? les clercs et/ou les pauvres ? les marchands ?